FR
 
STARTPAGE Blogs
 
 
Impression ou réalité ?
published by , on 08/06/2008

Un tiers des jeunes Flamands travailleraient en dessous du niveau de leur diplôme et seraient donc surqualifiés pour leur job. C’est en tout cas ce que conclut l’étude « Steunpunt Studie- en Schoolloopbanen », après avoir interrogé 9000 jeunes. C’est une bonne chose à savoir, mais peut-on vraiment considérer qu’une étude est pertinente lorsqu’elle n’a interrogé que des jeunes ? Je suis convaincue que les employeurs auraient des choses intéressantes à dire à ce sujet, qui relativiseraient ces chiffres.

Vous venez d’avoir votre diplôme et le monde est à vos pieds. Enfin, c’est ce que vous croyez. Il vous suffit d’envoyer une ou deux lettres de candidature pour trouver le job de votre vie. Si vous en êtes convaincu, il vaut mieux arrêter de rêver et vous frotter immédiatement à la réalité. Si vous quittez à peine les bancs de l’école, vous avez encore tout à apprendre. La vie en entreprise est à des années-lumière de ce qu’on vous a appris. Et c’est pour cette raison qu’un jeune diplômé démarre généralement au bas de l’échelle.

Apprendre son métier et grimper les échelons progressivement : voilà le scénario idéal et la carrière logique. Tous ceux qui ont un peu d’expérience le savent. Faites vos preuves, montrez ce dont vous êtes capable, et vous prendrez du galon. J’applique la même philosophie dans mes entreprises. J’emploie 40 personnes, dont l’âge moyen est de 27 ans. Des gens très jeunes, donc. Mais je suis prête à leur donner leur chance. Et s’ils se trompent, ce n’est pas la fin du monde. Mais un petit jeune qui sort à peine de l’université ne doit pas s’attendre à obtenir directement un poste élevé. Il l’aura peut-être rapidement mais devra d’abord convaincre.

Malheureusement, je remarque que de nombreux jeunes n’ont pas cette patience. Ils veulent avoir une promotion quelques mois après leur recrutement. C’est à prendre ou à laisser. Et s’ils n’ont pas ce qu’ils veulent, ils rejoignent une autre entreprise qui leur offre une meilleure place. Vas-y donc, me dis-je dans ce genre de cas. L’herbe est toujours plus verte ailleurs.

Il y a deux ans, nous avions un tel arriviste au bureau. Mais celui-là battait tous les records : à 25 ans, alors qu’il venait d’être engagé, il m’a dit qu’il nous quittait. Il n’y avait qu’une seule place à son goût : la mienne. Vu que je n’étais pas prête à lui laisser ma chaise, il avait décidé de voler vers d’autres cieux. Entre-temps, j’ai vu qu’il avait travaillé dans deux autres entreprises en deux ans, et qu’il s’était désormais lancé comme indépendant. Incroyablement ambitieux ou ridiculement impatient ? Le temps nous le dira.

Je trouve vraiment dommage que l’étude « Steunpunt Studie- en Schoolloopbanen » ne se soit intéressée qu’aux jeunes. L’avis des employeurs, des responsables des RH et des autres professionnels expérimentés n’aurait pas été du luxe. Je ne peux m’empêcher de penser que cette étude ne fait que révéler la perception qu’ont les jeunes de la réalité plutôt que la réalité elle-même. Il faut y faire attention, car les impressions finissent souvent par modeler la réalité.

(Ce ‘billet’ est paru également dans L’ Echo)

Post a reaction

Your email address will not be published. Required fields are marked *

* Comments are welcome in English, French or Dutch. Only reactions by authors who have stated their full name and e-mail address will be published. No mention of e-mail addresses will be made on the website. We only require them to enable us to contact the writer of the reaction should this prove necessary. HRMblogs.com reserves the right to delete reactions that are not in conformity with the general conditions and code of behaviour of this website.

recent reactions
 
poll

    Should an employer facilitate the practice of the Ramadan at the workplace?

    View Results

    Loading ... Loading ...

 
 
categories
 
archive
 
Disclaimer

Everything posted on this website/blog is the personal opinion of the individual contributor and does not necessarily reflect the view of BizInfo/HRMblogs or its clients, nor the author respective employer or clients.