FR
 
STARTPAGE Blogs
 
 
Le problème des réseaux
published by , on 10/04/2008

Les modes Internet vont et viennent. Alors que l’année passée, toute entreprise qui se respectait devait absolument ouvrir une « succursale » sur Second Life, ces dernières ferment désormais les unes après les autres. ING, par exemple. Heureusement, il n’y a pas eu de pertes d’emplois. La nouvelle mode, c’est les sites de réseaux sociaux à la Facebook et MySpace, qui devraient d’ailleurs se soucier un peu plus de la vie privée de leurs utilisateurs. Le nombre de visiteurs de ces réseaux virtuels est en train de diminuer, mais l’Internet a ses propres règles…

Il est extrêmement difficile d’effacer complètement ses traces. Les personnes qui se sont un peu trop dévoilées sur leur blog, leur page MySpace ou d’autres lieux de perdition intime, se promettent des lendemains qui ne chantent pas. D’autant plus s’ils sont à la recherche d’un nouveau job. Les recruteurs sont de véritables fanatiques de Google, comme l’ont montré plusieurs études. Le site de réseau Viadeo a récemment calculé que 62 % des employeurs vérifiaient en ligne le profil d’un candidat employé, et qu’un quart d’entre eux ont déjà recalé un candidat parce qu’ils ont trouvé des informations délicates.

Si George Orwell vivait aujourd’hui, il aurait pu rebaptiser « Web 2.0 » son célèbre roman « 1984 ». Sur le web, Big Brother est partout. Toute cette mode du « contenu généré par l’utilisateur » fait de l’Internet l’outil idéal pour filer les gens. Je me demande souvent ce qui peut bien pousser mes congénères à partager leurs pensées les plus intimes avec des inconnus, mais d’un autre côté cela me permet de me faire une meilleure idée de ceux qui poussent ma porte.

Nombre de personnes ne se rendent pas compte des dangers du web. Je l’ai encore constaté la semaine passée, lorsque j’ai parlé à une classe de rhétoriciens dans le cadre de Flanders DC. Je leur ai raconté mes inspections via Google et j’ai immédiatement vu une jeune fille devenir blême. Il était donc déjà trop tard pour elle. Toutefois, elle est venue me voir à la fin de la présentation et m’a dit qu’elle serait désormais bien plus prudente sur le web. Heureusement.

Vraiment, je suis parfois effrayée par ce que je trouve en ligne ! Des photos de candidates en petite tenue, d’autres de candidats en train de s’enivrer, des informations personnelles dont je ne veux rien savoir en tant qu’employeur, voire des conversations choquantes. J’ai déjà vu de tout. Et vous pouvez être sûr que l’idée que vous vous faites du candidat – qui était si sérieux et un peu nerveux lors de l’entrevue – en est totalement changée.

Attention, les sites de réseaux sociaux n’apportent pas que des malheurs. Si vous faites attention aux informations qui s’y retrouvent et que vous n’y affichez que des informations positives et de qualité, c’est même un point positif. Mais beaucoup de gens ne s’en satisfont pas. Vous êtes de ceux-là ? Alors sachez qu’il existe des entreprises spécialisées qui parviennent à supprimer les informations qui vous causent du tort. Ce n’est pas gratuit, mais ça vaut mieux que de rater le « job de votre vie » à cause d’une vie virtuelle assez peu… professionnelle.

Post a reaction

Your email address will not be published. Required fields are marked *

* Comments are welcome in English, French or Dutch. Only reactions by authors who have stated their full name and e-mail address will be published. No mention of e-mail addresses will be made on the website. We only require them to enable us to contact the writer of the reaction should this prove necessary. HRMblogs.com reserves the right to delete reactions that are not in conformity with the general conditions and code of behaviour of this website.

recent reactions
 
poll

    Should an employer facilitate the practice of the Ramadan at the workplace?

    View Results

    Loading ... Loading ...

 
 
categories
 
archive
 
Disclaimer

Everything posted on this website/blog is the personal opinion of the individual contributor and does not necessarily reflect the view of BizInfo/HRMblogs or its clients, nor the author respective employer or clients.