FR
 
STARTPAGE Blogs
 
 
Le recrutement n’est pas une fonction de débutant
published by , on 13/01/2008

Dans le secteur du recrutement, nous sommes particulièrement créatifs du point de vue lexical. Je suis même convaincue que les professionnels des RH ne lisent le Petit Larousse qui paraît chaque année que pour s’approprier de nouveaux mots. Prenez par exemple l’ « employabilité », un mot qui décrit la capacité d’un employé à conserver son emploi ou à en trouver rapidement un autre. Ce terme a été créé il y a quelques années et gagne chaque jour en popularité, principalement grâce au vieillissement général de la population et aux problèmes que rencontre les plus de cinquante ans sur le marché du travail.

Ma théorie s’est vérifiée lors d’un séminaire auquel j’ai récemment participé. Une fois de plus, nous avons reçu une série complète de graphiques sur la problématique du vieillissement, suivis de l’exposé obligatoire sur les solutions potentielles pour contrer la volatilité du personnel. Pour conserver plus longtemps leurs employés, les entreprises doivent faire des efforts. Nous devons être flexibles et rester ouverts aux plus de cinquante ans au lieu de ne chercher que des « hauts potentiels » – encore un mot à la mode.

Je dois reconnaître que je n’ai écouté que d’une oreille le mantra de l’orateur car, selon moi, ma grand-mère avait parfaitement résumé la question : « Pour améliorer le monde, commence par toi-même. »

Pensez-vous vraiment que nous pouvons augmenter le taux d’activité des quinquas lorsque c’est un jeune diplômé qui vient nous parler de ses besoins en personnel ? Plus encore : comment celui-ci peut-il évaluer les besoins de son employeur s’il ne travaille pour lui que depuis quelques mois ? C’est impossible.

J’ai lu quelque part que les gens ont tendance à favoriser leurs semblables lors des recrutements. C’est une forme d’affirmation de soi. Ainsi, un patron qui a étudié à l’ULB préférera les candidats sortant de la même université. Vérifiez dans votre entreprise. Je pense qu’il y a du vrai là-dedans, et qu’il faut absolument en tenir compte.

En outre, vous ne pouvez pas attendre d’un jeune employé qu’il soit capable de juger quelqu’un d’expérimenté. Nombre d’entreprises commettent toutefois cette erreur. Elles accordent beaucoup d’importance au recrutement, mais pas suffisamment pour le confier à des personnes expérimentées. Selon elles, ce n’est pas une fonction productive, et il faut donc dépenser le moins possible. Rien de tel que d’y mettre un débutant.

Prenez donc la bonne résolution de changer de cap en 2008. Mettez un employé expérimenté à la tête de votre politique de recrutement, osez investir et ne perdez pas de vue le retour sur investissement. Le recrutement, cher collègue entrepreneur, n’est pas une fonction pour un débutant. Donnez ce job à votre employé le plus chevronné, celui qui connaît le mieux votre entreprise. Ce sera également une bonne façon d’engager plus de quinquas. Et d’ici-là, passez de bonnes fêtes !

(Ce ‘billet’ est paru également dans L’ Echo)

Post a reaction

Your email address will not be published. Required fields are marked *

* Comments are welcome in English, French or Dutch. Only reactions by authors who have stated their full name and e-mail address will be published. No mention of e-mail addresses will be made on the website. We only require them to enable us to contact the writer of the reaction should this prove necessary. HRMblogs.com reserves the right to delete reactions that are not in conformity with the general conditions and code of behaviour of this website.

recent reactions
 
poll

    Should an employer facilitate the practice of the Ramadan at the workplace?

    View Results

    Loading ... Loading ...

 
 
categories
 
archive
 
Disclaimer

Everything posted on this website/blog is the personal opinion of the individual contributor and does not necessarily reflect the view of BizInfo/HRMblogs or its clients, nor the author respective employer or clients.